Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 12:26

A Ugine, depuis le début du printemps, nous avons le plaisir d'admirer la floraison des parterres, entretenus avec beaucoup de soins par nos jardiniers de la ville.

Mais quelle sont donc ces magnifiques fleurs avec leurs couronnes de clochettes jaune ou orangé ou encore une très longue grappe de fleurs violet foncé ?

Fritillaire ou couronne impériale=Fritillaria imperialis

Peut-être faites-vous partie des jardiniers amateurs qui connaissent bien la Couronne impériale ou Fritillaire impériale (Fritillaria imperialis).

Fritillaire ou Couronne impériale = Fritillaria imperialis

La Fritillaire noire de Perse (Fritillaria Persica Adiyaman) est beaucoup moins connue et Hélène adhérente de la Section Mycologie-Botanique qui fait partie de l'équipe des jardiniers de la ville d'Ugine, m'a dit que de nombreuses personnes, passant près d'eux leur ont demandé le nom de cette belle plante. Je ne la connaissais pas non plus et je l'ai trouvé dans le Guide Clause du jardinage...

Fritillaire noire de Perse = Fritillaria Persica Adiyaman

Pour ma part, je connais aussi une très belle fritillaire qui pousse dans les marais. C'est la Fritillaire pintade (Fritillaria meleagris). On l'appelle aussi Tulipe des marais. J'ai eu l'occasion de la voir en grande quantité au Marais de Lavours dans l'Ain au début d'avril et sous le Col de Sampeyre en Italie et une seule fois à Doussard. Dans la nature c'est une plante protégée car elle est devenue rare à l'état sauvage.

J'ai vu que l'on peut acheter des bulbes et la cultiver dans son jardin.

Fritillaire pintade=Fritillaria meleagris

Fritillaire pintade=Fritillaria meleagris (2)

Fritillaire pintade=Fritillaria meleagris - Col de Sampeyre Italie>

J'en profite pour dire un grand merci aux jardiniers de la ville d'Ugine et à tous les jardiniers amateurs qui prennent soin d'embellir notre environnement toute l'année.  

Parterres de tulipes à Ugine.

Les fritillaires et les jardiniers de la ville (1)

Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 16:38

Primevère officinale (Primula veris L.) Famille : Primulacées

Primula veris=coucou 020

Plante herbacée, vivace de 10-30 cm.

Feuilles crénelées et ridées, en rosette à la base.

Fleurs en ombelle unilatérale au sommet d'une hampe élevée à 5 pétales jaune d'or et taches orangées,  soudés en un calice tubulaire blanchâtre à 5 angles saillants.

Parfum discret mais suave de miel.

Floraison : avril-mai jusqu'à 2000m d'altitude dans les endroits frais, les prés, les talus, au bord des bois.

Confusion possible avec la primevère élevéePrimevère élévée=Primula elatior - Giettaz 046 (Primula éliator L.) qui possède des fleurs plus grandes à 5 pétales jaune soufre soudés, étalés comme ceux de le primevère acaule Primula acaulis 015(Primula acaulis L.), sans danger.

Eviter de cueillir la primevère élevée plus rare.

Propriétés : Les fleurs ont une action sédatives sur les contusions, enflures et compresses d'huile par macération. Elles agissent également sous forme d'infusion sur le système nerveux et le sommeil.

Les jeunes feuilles et les fleurs peuvent être consommés en salade.

Cueillette des fleurs au printemps avant leur complet épanouissement.

Infusion : Verser une tasse d'eau bouillante sur une cuillerée de fleurs froissées et laisser infuser pendant 10 à 15 mn. Pendre 3 à 5 tasses par jour en dehors des repas.



Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 16:08

Les prés envahis par le Barbarée commune ou Herbe de la Sainte Barbe - Meruz 006

Ce matin, je suis allée jusqu'au lieu-dit le Meruz pour voir cette plante jaune qui a envahi les pâtures.

Barbarée commune ou Herbe de la Ste Barbe - Meruz 002

C'est l'Herbe de la Sainte-Barbe ou Barbarée commune=Barbarea vulgaris. Elle appartient à la famille des Brassicacées comme les choux (Bressica sp.). Dans ma jeunesse on les appelait Crucifères à cause de leurs pétales en croix.

Elle est entièrement glabre (sans poil), sa hauteur varie de 20 à 90 cm. 

Barbarée commune ou Herbe de la Ste Barbe - Meruz 003

Ses fruits sont des siliques dressées qui contiennent de nombreuses graines.

Barbarée commune ou Herbe de la Ste Barbe (feuilles) - Meruz 005 

Les feuilles de la base sont composées avec un grand lobe terminal et les feuilles des tiges sont entières.

Barbarée commune ou Herbe de la Ste Barbe (fleurs) - Meruz 009

Les fleurs en grappes, ont 4 pétales en croix d'environ 5mm et 4 sépales d'environ 3mm.

Les vaches qui ne sont pas si bêtes ne mangent pas cette plante car elle est amère avec un goût piquant et prononcé de cresson. Elles savent d'instinct ce qui n'est pas bon pour elles.

Pour les humains la plante n'est pas toxique et j'ai lu que les feuilles peuvent être consommées en salade (avant la floraison) et les bouquets de fleurs cuits à la vapeur comme des brocolis.

La question est de savoir comment s'en débarasser pour donner de l'herbe consommable aux vaches.

Pour ma part j'en avais autour de chez moi et je l'ai tout simplement arrachée avant qu'elle ne sème ses graines.

Gentiane jaune Route des montagnes à 1000m d'altitude 010

En montant par la route de montagnes, j'ai été frappée par la floraison très en avance des gentianes jaunes. Année exceptionnellement chaude ou réchauffement climatique? Il y a de quoi se poser des questions...

Gentiane jaune Route des montagnes à 1000m d'altitude 011

Elles étaient très belles les gentianes jaunes dans le soleil du matin.

Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 09:18

Chenopodium bonus-henricus=Epinard Bon-Henri 016

BON-HENRI

 

Chenopodium bonus-henricus

Famille des Chénopodiacées

Synonymes : Epinard sauvage


Description : plante vivace de 20-60 cm, formant des colonies parfois très importantes, autour des chalets d’alpage.

Tiges : dressées, peu rameuses.  

Feuilles : alternes, à longs pétioles, largement triangulaires et munies de 2 oreillettes dirigées vers le bas. Face inférieure des feuilles, recouverte de poils globuleux, sessiles, formant une couche farineuse donnant au toucher une sensation d’humidité caractéristique.

Fleurs : très petites, verdâtres, groupées en longs épis terminaux atteignant 20 cm et en épis axillaires beaucoup plus courts. Les inflorescences rougissent à la maturation des graines.

Fruits : à sépales libres, renfermant une graine brune et luisante, lisse, en forme de disque d’environ 1,5 mm de diamètre.

Parties souterraines : souche épaisse.

Floraison : juin-septembre.

Principaux caractères d’identification : habitat (abords des chalets, reposoirs), formes des feuilles, toucher farineux, longs épis terminaux.

Confusions possibles : avec certains chénopodes qui ont des feuilles plus petites et ne possèdent pas deux larges oreillettes dirigées vers le bas, formant une grande échancrure à la base du limbe

Composition : protéines complètes, provitamine A, vitamines B1, B2, PP, C, ainsi qu’en sels minéraux, surtout phosphore et fer et aussi des saponines et de l’acide oxalique.

Propriétés médicinales : le Bon-Henri est émollient et légèrement laxatif.

Toxicité : riche en fer, le Bon-Henri est déconseillé aux rhumatisants et aux personnes qui ont les reins fragiles tout comme l’épinard cultivé.

Utilisations alimentaires : jeunes feuilles en salade et les feuilles plus âgées cuites accommodées de multiples façons. Les jeunes inflorescences peuvent être cuites à la vapeur et servies avec une sauce à la façon des asperges.

Voir la rubrique recettes

Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 13:47

Cette plante est facile à reconnaitre avec son odeur caractéristique de fenouil et ses feuilles trés découpées. Elle est courante à l'étage montagnard et à l'étage alpin dans le secteur du Val d'Arly, ou dans les Aravis. Une fois mures, selon l'altitude en juillet/août, les graines tombent assez vite.

Famille : Apiacées (Ex. Ombellifères)  

Autres noms : Méon, Cistre.

 

 

 

 

Meum athamanticum Armancette 008Fenouil des Alpes (graine)

 

 

Description : vivace herbacée rustique, glabre, aromatique de 20 à 60 cm.

Feuilles : plusieurs fois pennatiséquées , vert  foncé, divisions filiformes, denses, longues seulement de 2-6mm. La souche est entourée d’anciennes feuilles

Fleurs : ombelles de petites fleurs blanches légèrement teintées de rose sur le pourtour disposées sur 5-15 rayons inégaux. Involucre nul ou peu développé. Bractéoles 3-8 capillaires.

Pétales blancs.

Fruits : oblongs, longs de 6-8mm, à côtes carénées, saillantes, pédicelles de longueurs variables

Racine : longue et fibreuse, elle offre une saveur forte et épicée

Floraison : juin à août

Principaux caractères d’identification : feuilles caractéristiques, odeur épicée du fenouil.

Confusions possibles : avec d’autres Apiacées

Parties utilisées : feuilles, graines, racine.

Propriété médicinales : digestive, carminative.

Utilisations alimentaires : les feuilles aromatisent, omelettes, fromages, soupes. Les vaches qui en broutent, donnent au lait et au beurre un goût plus prononcé. Les racines ont une saveur forte et épicée qui relève les plats mijotés et les potages. Les graines broyées peuvent être utilisées comme condiment.

Usages traditionnels : Les feuilles et racines du fenouil des Alpes étaient utilisées pour soigner les morsures de serpent, la toux, les flatulences.

De nos jours, son usage est plus limité mais on le recommande en cas de problèmes digestifs.

C’est une plante précieuse pour faciliter la digestion.

 

Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article
22 juillet 2010 4 22 /07 /juillet /2010 19:37

Filipendula ulmaria Maxim., (Spirea ulmaria L.)

Famille : Rosacées

Synonymes : Spirée ulmaire, Ulmaire, Barbe de chèvre, Herbe aux abeilles

 

 

Reine des prés 

Description : Grande plante herbacée vivace de 60 cm à 1 m 20, très décorative, à feuillage découpé et à floraison vaporeuse et parfumée. La plante dégage une odeur caractéristique de salicylate de méthyle après avoir été froissée.

La reine-des-prés est à l’origine de l’aspirine

Tige : dressée, rougeâtre, peu rameuse.

Feuilles : alternes, pennées, à 5, 7, 9 ou 11 folioles dentées, les grandes étant intercalées avec les petites, vert foncé dessus, blanchâtre dessous.

Fleurs : inflorescence compacte et très odorante, fleurs petites, de 4 à 8 mm, blanc crème, généralement 5 pétales, parfois 6, étamines beaucoup plus longues que les pétales.

Fruits : formés de 5-9 carpelles contournés en spirale, les uns autour des autres, très odorants au froissement.

Floraison : mai à août

Principaux caractères d’identification : habitat (bord des eaux), feuilles découpées, floraison, aspect des fruits, odeur caractéristique de « médicament » au froissement.

Confusions possibles : aucune en utilisant les caractères ci-dessus

La filipendule (Filipendula hexapetala Gilib.) dégage au froissement la même odeur que la reine-des-prés mais elle pousse dans de lieux secs et possède de petites folioles profondément divisées. La confusion ne serait pas grave car les deux espèces sont utilisables.

Composition : le salicylate de méthyle donne à la plante son odeur caractéristique. Une fois sèche elle contient de l’acide salicylique d’où a été tiré l’acide acétylsalicylique (aspirine, dont le nom vient de « spirée »). La plante est riche en tanin.

Parties utilisées : les fleurs et feuilles sommitales peuvent être cueillies et mises à sécher ensemble.

Utilisations alimentaires : Crèmes et desserts peuvent être aromatisés à la reine-des-prés

Caractéristiques médicinales : c’est grâce à sa teneur en acide salicylique que la reine des prés est fébrifuge, anti-rhumatismale et soulage les douleurs articulaires. Elle est aussi diurétique et astringente.

Usages traditionnels : infusion, teinture (macération dans l’alcool pour utiliser en friction).

Infusion : Verser une tasse d’eau chaude (non bouillante) sur une cuillerée à dessert de plantes desséchées et émiettées et laisser en infusion pendant 20 minutes. Prendre 4 ou 5 tasses par jour entre les repas.

NB : attention, l’infusion ne doit jamais bouillir car l’acide salicylique est très volatil.

RECETTE :

Crème à la reine-des-prés :

Pour 6 personnes – Préparation : 1 h 15 mn

8 jaunes d’œufs – 80 cl de crème fraiche – 180 g de sucre en poudre –

40 cl de lait – 100 g de fleurs de reine-des-prés – 1 citron

Portez le lait à ébullition dans une casserole, baissez le feu, ajoutez les fleurs de reine-des-prés, couvrez et laissez infuser 3 mn hors du feu.

Pendant ce temps, mélangez vivement dans un saladier, les jaunes d’œufs, le sucre en poudre et la crème fraîche. Passez le lait infusé au chinois et versez-le sur la crème. Mélangez, puis ajoutez le jus du citron. Préchauffez le four à 100° (th. 3-4). Versez  la préparation dans 6 petits moules ronds. Disposez-les dans un plat creux, versez de l’eau chaude jusqu’à mi-hauteur et faites cuire 60 mn au four. Vérifiez la cuisson de la crème : elle doit être ferme quand on remue le moule. Sortez les moules du bain-marie et laissez refroidir la crème.

Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 20:34

EGLANTIER

Rosa canina L.

Famille : Rosacées

Autres noms : Eglantine, rosier sauvage

Description : arbrisseau épineux, à la belle floraison et fructification.



Tiges
 : minces, souples, souvent arquées, armées d’aiguillons. Les tiges anciennes deviennent grises et sont dépourvues d’aiguillons.

Feuilles : alternes, stipulées, divisées en 5-7 folioles ovales, dentées sur les bord, glabres sur les deux faces.

Fleurs : grandes, à 5 sépales profondément découpés et 5 pétales blancs ou roses vite caducs, délicatement parfumés, à étamines et styles nombreux.

Fruits : akènes durs enfermés dans une urne charnue, rouge vif à maturité, le cynorrhodon, surmonté des sépales et des étamines persistants.

Floraison : mai-juin

Principaux caractères d’identification : tiges épineuses, feuilles, fleurs, fruits.

Composition : les cynorrhodons sont très riches en vitamine C (20 fois plus que les agrumes), ils renferment de la provitamine A, des vitamines B et PP, des sels minéraux, des acides organiques, de la pectine, des sucres etc…

Parties utilisées : fruits.

Utilisations alimentaires : les cynorrhodons s’utilisent en sirop, en confiture, en gelée, en tisane, en soupe. Le problème c’est de les débarrasser du « poil à gratter » qu’ils renferment. Lorsqu’ils sont mous, après les gelées d’hiver, ou après les avoir fait cuire dans de l’eau pour les ramollir s’ils sont encore durs, il faut les passer au moulin à légumes pour en extraire une pulpe épaisse et délicieuse.


(voir recettes)

Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 20:19

SORBIER DES OISELEURS

Sorbus aucuparia L.

Famille : Rosacées


 

Description : bel arbuste ou arbre atteignant 15 m de haut, à feuillage découpé et à la fructification rouge, souvent utilisé comme arbre d’ornement.

Tronc : écorce grise, jeune rameau gris tomenteux.

Feuilles : imparipennées, à 5-9 paires de folioles ovales, lancéolées, longues de 4 à 6 cm et dentées jusqu’à la base.

Fleurs : fleurs blanches, odorantes, en corymbes multiflores, ovaires à 3 loges.

Fruits : petits, environ 1 cm, ronds, rouges ou oranges, persistants l’hiver.

Floraison : mai-juin

Principaux caractères d’identification : arbrisseau ou arbuste, écorce, feuilles, fruits écarlates persistants appréciés des oiseaux.

Composition : Les baies sont riches en provitamine A et en vitamine C.

Parties utilisées : les fruits : les premières gelées atténuent la saveur acerbe de ces fruits sauvages.

Utilisations alimentaires : Les fruits qui sont âpres crus, peuvent être utilisés pour faire une confiture originale, un peu amère qui cependant peut accompagner agréablement les gibiers.

Usages traditionnels : Confiture, eau de vie, liqueur.

Toxicité : Les fruits sont immangeables crus.

CONFITURE DE SORBES : voir recettes

Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article
23 juillet 2009 4 23 /07 /juillet /2009 15:08
















CAROTTE SAUVAGE

Daucus carota  L.

Famille des Apiacées (ex. Ombellifères)

 

Description : Apiacée bisannuelle de 30-80cm, couverte de poils rudes, à odeur caractéristique de carotte.

Tige : dressée, rigide, rameuse.

Feuilles : feuilles de la base en rosette, divisées en lobes, eux-mêmes divisés en segments ovales ou allongés, profondément incisés et dentés. Le feuillage froissé dégage une odeur aromatique de carotte.

Fleurs : petites, blanches. Réunies en ombelles composées assez grandes, à 20-30 rayons avec souvent une fleur centrale plus grande, stérile pourpre foncé. Involucre formé de nombreuses  bractées divisées en plusieurs segments allongés et aigus. Involucelles composés de quelques bractées membraneuses sur les bords.

Fruits : en ellipse, couverts d’aiguillons, dégageant au froissement une odeur très aromatique. L’ombelle se replie en « nid d’oiseau » à la maturité des fruits.

Parties souterraines : racine pivotante développée, blanche ou violacée à odeur de carotte.

Floraison : Mai à octobre.

Principaux caractères d’identification : odeur du feuillage, de la racine et des fruits, involucre composé de bractées divisées, fleur pourpre au centre de l’ombelle, forme caractéristique de l’ombelle en fruits.

Confusions possibles : avec les autres Apiacées. La confusion avec les Apiacées toxiques comme les ciguës qui sont glabres (sans poil) et ont une odeur  désagréable ou peu marquée semble facile à éviter.

Utilisations culinaires :La racine de la carotte sauvage est utilisée crue ou cuite comme la carotte cultivée originaire du moyen orient (utiliser avant la floraison).

Les fruits aromatisent le vinaigre (laisser macérer dans du vinaigre blanc pendant un mois), les soupes, les ragoûts, le pain et leur odeur de poire williams fait merveille pour aromatiser les desserts au chocolat.

Les fleurs, peuvent servir à parfumer et farcir les volailles.

Propriétés médicinales : Les fruits sont stimulants, digestifs et carminatifs.


 

 

Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 14:26

GENTIANE JAUNE

Gentiana lutea L.

Famille des Gentianacées

 

Synonyme : Grande gentiane.

 

Description : grande plante vivace de 40cm-1m40 maxi, à floraison jaune, répandue dans nos montagnes.

Tige : simple, creuse, cylindrique.

Feuilles : largement lancéolées, glaucescentes, larges de 5-15cm, opposées, sessiles, à 5-7 nervures convergentes, très marquées jusqu’à la pointe du limbe.

Fleurs : jaunes, de 2 cm environ, en verticilles,  par 3-10 à l’aisselle des feuilles supérieures.

Floraison : juin-aôut

Principaux caractères d’identification : fleurs jaunes en verticilles, feuilles opposées.
Parties utilisées : la racine, récoltée sur des pieds de plus de deux ans, 
 de préférence à l’automne.


Caractéristiques médicinales
 :
les racines contiennent des principes toniques amers réputés dont les vertus sont fébrifuges, vermifuges, antianémiques, digestives, hépatiques, dépuratives.

Usages traditionnels : les préparations qui ont pour base la racine de gentiane sont innombrables : décoction, infusion, poudre, teinture, vin, sirop, alcoolé.

Toxicité : la gentiane et ses préparations ne doivent pas être consommés par des personnes souffrant d’hyperchlorydrie (excès d’acidité gastrique).

 

Confusions possibles : Avec le Vératre blanc, TOXIQUE, dont les feuilles sont alternes et engainantes depuis la base de la tige et les fleurs en grappes dressées formant une panicule.

Repost 0
Published by Glaner dans la nature - dans BOTANIQUE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Glaner dans la nature
  • Le blog de Glaner dans la nature
  • : randonnées pédestres été/hiver, voyages, photos fleurs, champignons, papillons,paysages, recettes fruits, fleurs sauvages
  • Contact

Profil

  • Glaner dans la nature
  • Je suis une retraitée active, passionnée par la nature. J'aime aussi atteindre le but fixé, au sens propre et au sens figuré... Ma famille, mes amis, mon mari, mon chat, sont aussi très importants pour ma santé morale.
  • Je suis une retraitée active, passionnée par la nature. J'aime aussi atteindre le but fixé, au sens propre et au sens figuré... Ma famille, mes amis, mon mari, mon chat, sont aussi très importants pour ma santé morale.